Fonctionnement de l'Observatoire de 1894 à 1943 sous la direction de l'administration des Forêts
Les registres d'observation sont tenus à partir du 1er décembre 1894 par le forestier Blanc, premier occupant de l'Observatoire, venant du Mont Ventoux.
Dès 1897, le Club Alpin Français fait édifier un refuge en bois - avec quatre chaînes d'attache au sol - au nord du bâtiment. Les touristes commencent à venir visiter l'Observatoire : il y en a 1250 en 1898, chiffre respectable si l'on songe que l'on se rendait au sommet soit à pied, soit en voiture à cheval. Plus tard, par manque de personnel, l'Observatoire n'est plus ouvert aux touristes.
Avec des routes confortables et l'abondance de voitures particulières le nombre de touristes venant admirer le panorama n'a cessé de s'accroître.
Les années suivantes voient fleurir divers projets d'aménagement ou d'agrandissement mais bien peu sont réalisés. Les intempéries d'hiver causent beaucoup de dégâts et se succèdent. Pendant des mois les liaisons télégraphiques sont interrompues, l'entretien du bâtiment est incessant. Un cévenol Tabusse participe aux travaux et assure la gérance du refuge à partir de 1916. Il est immortalisé par le roman d'André Chamson "Histoires de Tabusse" (1930) et plus tard par un film "Tabusse" de Jean Gehret (1948). Une chambre de l'Observatoire porte son nom.
Les années passent et chacune impose des réparations à l'Observatoire dont le confort reste précaire et rude.
 
 
 
page 1/ 3 [ lire la suite ]